Article publié depuis Overblog

Publié le 9 Novembre 2012

SE FAIRE UN AMI DU MENTAL

j'ai souvent entendu dire que le mental était comme le diable, je n'ai jamais pu y adhérer.
Le mental fait partie de moi et je ne peux pas le rejeter, il serait bon que je l'acceuille.
Je pense qu'il faudrait le rassurer comme un enfant. Il intervient souvent lorsque j'ai peur.
Un exemple : l'année passée a été difficile financièrement, ça va mieux aujourd'hui, sauf que mon compte est à découvert, que va faire mon mental? il va se souvenir de cette dernière année et de ce que j'ai vécu et va prendre l'ancien shéma : l'ancienne réaction : attention, comment vais-je faire? il faut trouver des solutions, etc... Il a juste peur, alors moi : "la grande personne", je sais comment il fonctionne, je vais le rassurer en lui disant : je comprends ta peur mais cette fois-ci fais-moi confiance les choses ont changé et tout va s'arranger, laisse moi prendre les rènes!, en faisant cela mon mental s'est calmé laissant à nouveau la confiance en la vie s'installer.
Un autre exemple : je fais un stage de développement personnel, je ressors de ce stage avec une nouvelle énergie bien lumineuse, quelques jours se passent et je me retrouve avec plein d'anciennes peurs qui refont surface. Ce qui s'est passé : J'ai guéri des choses à l'intèrieur de moi, mon mental s'est complètement destabilisé parce qu'il se retrouve sans repère, excepté les anciens shémas, alors il se débat pour continuer d'exister, en ramenant tous le chaos précédent, j'en prends alors conscience et je lui explique que les choses ont changé, qu'il n'a pas de raison d'avoir peur, qu'il peut me faire confiance, se calmer et laisser s'installer ces nouveaux repères en paix, qu'il existera toujours, alors comme la fois précédente il se calme et il peut alors laisser la place au renouveau.
Ce que je comprends c'est qu'il faut essayer lorsque cela arrive de se placer en observateur pour ne pas rentrer dans ces émotions qui ne sont que de vieux shémas, de vieux repères de notre cher mental.

Rédigé par

Commenter cet article